Les putschistes nigériens nomment un ancien ministre premier ministre

Les putschistes nigériens ont nommé l’ancien ministre des finances Ali Mahaman Lamine Zeine Zeine au poste de premier ministre du pays.

C’est ce que rapporte l’agence de presse dpa.

La nomination intervient environ deux semaines après le coup d’État et a été annoncée par un porte-parole de la junte militaire à la télévision nationale tard dans la soirée de lundi.

L’agence de presse Reuters décrit cette nomination comme un nouveau signe de la volonté de la junte de conserver le pouvoir dans le pays.

Selon l’agence dpa, Lamine Zeine a été ministre des finances et de l’économie pendant plusieurs années dans le gouvernement de l’ancien président Mamadou Tandja. Le président a été renversé en 2010.

Lamine Zeine a récemment travaillé comme économiste pour la Banque africaine de développement au Tchad.

Fin juillet, les militaires ont chassé le président démocratiquement élu du Niger, Mohamed Bazoum, et suspendu la constitution de ce pays de 26 millions d’habitants.

Le Niger était l’un des derniers partenaires stratégiques de l’Occident dans la lutte contre les terroristes islamiques dans la région du Sahel.

Lundi, la secrétaire d’État adjointe américaine aux affaires politiques, Victoria Nuland, était à Niamey, la capitale du Niger.

Elle y a rencontré Moussa Salaou Barmou, le chef autoproclamé de la défense de la junte nigérienne, et trois autres colonels qui le soutiennent.

Après la réunion, elle déclare qu’aucun progrès n’a été réalisé et que les discussions ont été « difficiles ».

La semaine dernière, l’organisation de coopération ouest-africaine CEDEAO a lancé un ultimatum aux putschistes : ils devaient rétablir l’ordre constitutionnel avant dimanche de la semaine dernière.

Si cela n’était pas le cas, la CEDEAO aurait recours à des moyens impliquant l’utilisation de la force.

La junte n’a pas donné suite à la demande de la CEDEAO et a choisi de fermer l’espace aérien au-dessus du Niger.

Les premiers ministres des pays de la CEDEAO se réuniront jeudi à Abuja, capitale du Nigeria, pour discuter de la marche à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *