Un avion canadien capte des bruits de coups sous la mer près d’un sous-marin perdu

Un avion de recherche canadien qui tourne autour du point de l’océan Atlantique où le sous-marin « Titan » a disparu a intercepté des bruits de coups réguliers à intervalles de 30 minutes mardi, heure américaine, selon une note interne du gouvernement américain qui est parvenue au média américain Rolling Stone.

« Le RCC Halifax (station de sauvetage dans l’est du Canada, ndlr) a envoyé un P8, Poséidon, qui peut scanner sous l’eau depuis les airs, sur les ailes », peut-on lire dans un courriel adressé au ministère américain de l’Intérieur.

« Le P8 a déployé un sonar qui a détecté un contact à un point proche du site de l’accident. Le P8 a entendu des bruits de coups dans la zone toutes les 30 minutes. Quatre heures plus tard, d’autres sonars ont été déployés et les bruits de chocs étaient toujours perceptibles.

L’information est confirmée par les garde-côtes américains. Cependant, les recherches qui ont suivi n’ont pas encore donné de résultats.

Il n’est pas encore certain que les bruits de cliquetis puissent provenir du sous-marin disparu. Mais le mémo indique qu’ils « indiquent un espoir continu pour les survivants ».

Le sous-marin « Titan » est exploité par la société OceanGate. Les cinq personnes à bord sont le PDG d’OceanGate, Stockton Rush, le milliardaire Hamish Harding, un homme d’affaires pakistanais et son fils, ainsi qu’un plongeur français et expert du Titanic, Paul-Henry Nargeolet.

L’article se poursuit sous l’image.

Selon OceanGate, le sous-marin peut transporter cinq personnes à bord pendant 96 heures. Les garde-côtes américains ont annoncé mardi soir, heure danoise, qu’il restait environ 40 heures d’air respirable aux personnes à bord.

Le « Titan » a perdu le contact avec la surface dimanche, 1 heure et 45 minutes après avoir plongé. Le navire a disparu en mer à 1 448 kilomètres de la péninsule de Cape Cod, dans l’État américain du Massachusetts. Le sous-marin se dirigeait vers l’épave du « Titanic », qui se trouve à un peu moins de quatre kilomètres sous la surface de l’océan Atlantique.

Des conditions effrayantes sur l’épave

On ne sait pas exactement où se trouvent les cinq membres d’équipage du sous-marin « Titan », qui a mis le cap dimanche sur l’épave du « Titanic » à 4 000 mètres de profondeur. Mais un vétéran de la plongée décrit les conditions terrifiantes auxquelles les membres de l’équipage ont pu être exposés.

Il s’agit d’un environnement extrêmement hostile aux profondeurs auxquelles nous avons affaire.

Dik Barton, vétéran de la plongée

En 1993, Dik Barton est devenu le premier Britannique à visiter l’épave du Titanic. Depuis, il est descendu 21 fois à 4 000 mètres de profondeur.

« C’est un environnement extrêmement hostile aux profondeurs auxquelles nous avons affaire », déclare-t-il.

L’article continue sous l’image.

Selon le vétéran de la plongée, les explications les plus probables sont que le sous-marin a perdu de la puissance pendant la descente ou que la structure du navire a succombé à la forte pression sous-marine.

Il fait nuit noire en bas, puis vous descendez au fond de l’eau, vous allumez vos lumières et vous avez le Titanic juste devant vous, si vous atterrissez au bon endroit », explique Dik Barton, qui ajoute : « Le Titanic est un vaisseau qui n’a pas d’âme et qui n’a pas d’âme :

« Ce n’est pas un travail facile. La zone est large de 3,2 kilomètres ».

L’ancien chef de la sécurité a tiré la sonnette d’alarme en 2018

En 2018 déjà, un ancien patron avait tiré la sonnette d’alarme sur les risques de sécurité liés à la plongée vers l’épave du « Titanic ». Mais les préoccupations en matière de sécurité ont été ignorées et le responsable, David Lochridge, a été licencié, rapporte l’agence de presse AFP, affirme-t-il dans une plainte déposée devant un tribunal de la capitale fédérale américaine, Washington, D.C., en 2018.

David Lochridge a rejoint OceanGate, dont le navire « Titan » a disparu dimanche lors d’une excursion sur l’épave du « Titanic », en tant que capitaine de sous-marin en 2015. Il a ensuite été promu chef des opérations maritimes de la société, où il a fait part de ses inquiétudes concernant la sécurité du « Titan » à la direction générale d’OceanGate, selon l’action en justice.

Selon le procès, Lochridge était préoccupé par « l’assurance qualité et la sécurité du « Titan », notamment parce qu’OceanGate a refusé d’effectuer des tests non destructifs cruciaux sur la conception expérimentale de la coque du sous-marin ».

Lochridge affirme dans son procès que le judas avant du sous-marin a été conçu pour résister à des pressions jusqu’à une profondeur de 1 300 mètres. Or, les plans d’OceanGate prévoyaient d’emmener les passagers jusqu’à 4 000 mètres de profondeur, là où repose le « Titanic ».

Le procès de Lochbridge indique également qu’il a tenté d’obtenir que la société fasse appel à une agence indépendante pour inspecter et certifier la sécurité du sous-marin.

Au lieu de répondre à ses préoccupations, de corriger les erreurs et d’assurer la sécurité du « Titan » expérimental ou de faire appel à une société de classification pour inspecter le « Titan », OceanGate a fait exactement le contraire : elle a licencié Lochridge immédiatement », peut-on lire dans le procès, selon l’AFP.

L’organisation américaine Society for Maritime Technology (MTS) a également averti OceanGate des risques de descendre à 4.000 mètres de profondeur dans le « Titan ».

En 2018, le sous-comité sous-marin de la MTS a envoyé une lettre au PDG d’OceanGate, Stockton Rush, dans laquelle des dizaines d’experts du domaine ont déclaré qu’il était « trompeur » quand OceanGate a annoncé que les normes de sécurité du « Titan » répondaient aux exigences de la société de certification mondiale DNV, voire les dépassaient. La société n’a jamais eu l’intention de faire certifier le « Titan » par DNV, indique la lettre.

« La lettre demandait essentiellement de faire ce que font les autres sous-marins, en particulier ceux qui transportent des passagers », a déclaré l’un des signataires de la lettre, l’ingénieur sous-marin Bart Kemper, au New York Times.

Chloé

Chloé, rédactrice en chef aguerrie, anime L'Indécapant avec expertise. Pionnière du jeu vidéo, elle critique et décrypte les tendances depuis plus de vingt ans.

Partagez votre avis