Les prix à la consommation en Chine continuent de chuter

L’indice des prix à la consommation en Chine a baissé de 0,5 % en novembre par rapport au même mois de 2022.

C’est ce qu’a annoncé le Bureau national chinois des statistiques (NBS) dans la nuit de samedi à dimanche.

Cela signifie que les prix continuent de baisser en Chine, qui est confrontée à une baisse de la demande due à la pandémie de coronavirus.

L’indice des prix à la consommation est utilisé pour mesurer l’inflation, qui est l’expression de l’évolution des prix dans le temps.

En octobre, le même chiffre correspondait à une baisse de 0,2 %.

Peter Bøgh Hansen, directeur politique de la Confédération de l’industrie danoise en Chine, estime que cette baisse est plus importante que prévu.

« Il s’agit d’un chiffre décevant compte tenu des efforts déployés par le gouvernement chinois pour relancer la demande intérieure par le biais de diverses mesures expansionnistes, notamment en faveur de la consommation privée », a-t-il déclaré dans un commentaire :

« Les Chinois ordinaires restent donc sceptiques quant aux perspectives immédiates de l’économie chinoise ».

Xi Jinping met en garde

Xi Jinping, le président chinois, a averti vendredi, avant l’annonce, que l’économie du pays ne s’était pas encore totalement remise de la pandémie de coronavirus.

« Il est nécessaire d’accélérer la construction d’un système industriel moderne, d’accroître la demande nationale et de prévenir et désamorcer les risques », a-t-il déclaré lors d’une réunion du Parti communiste chinois (PCC).

Selon Dong Lijuan, fonctionnaire du NBS, la baisse des prix est due à un affaiblissement des prix de l’énergie et des denrées alimentaires.

Si une baisse des prix – également connue sous le nom de déflation – peut être considérée comme une bonne chose pour les consommateurs, elle peut également affaiblir l’économie. Elle peut inciter les consommateurs à reporter leurs achats de biens dans l’espoir d’une nouvelle baisse des prix.

Lorsque la demande diminue, les entreprises peuvent être contraintes de réduire leur production, de geler les embauches ou de licencier du personnel.

Dans le même temps, les entreprises peuvent être amenées à baisser davantage leurs prix, ce qui entraîne une diminution des bénéfices, même si les coûts restent inchangés.

L’économie chinoise a progressé de 4,9 % au troisième trimestre de cette année, soit un peu moins que l’objectif de 5 % fixé par le gouvernement.

Chloé

Chloé, rédactrice en chef aguerrie, anime L'Indécapant avec expertise. Pionnière du jeu vidéo, elle critique et décrypte les tendances depuis plus de vingt ans.

Partagez votre avis