La Russie cible des attaques sur deux zones de la ligne de front

Les forces russes ont pris pour cible deux zones de la ligne de front dans l’est de l’Ukraine ce lundi.

Cela permet de couper la seule voie d’approvisionnement de la ville d’Avdiivka, tandis que les forces russes tentent également d’avancer dans la ville de Kupyansk.

L’état-major général des forces armées ukrainiennes indique que ses forces ont repoussé dix attaques russes sur Avdiivka.

Vitaly Barabash, qui dirige l’administration militaire d’Avdiyivka, indique que des attaques constantes sont menées contre la partie centrale d’Avdiyivka et la seule route utilisée pour acheminer des fournitures vers la ville.

« La situation est très difficile en ce qui concerne le ravitaillement, car 22 kilomètres de route sont constamment la cible de tirs, jour et nuit », a déclaré Vitaly Barabash à la chaîne de radio financée par les États-Unis, Radio Liberty.

« Cela complique l’évacuation et l’acheminement des secours. L’ennemi essaie de couper la ville. Tout mouvement est un signal pour ouvrir le feu ».

À Kupyansk, les combats durent depuis des mois. Oleksandr Syrskyj, commandant des forces terrestres ukrainiennes, déclare que Kupyansk est l’une des villes les plus difficiles à gérer.

« L’ennemi subit des pertes importantes, notamment en termes de personnel, mais il reconstitue constamment ses forces en faisant appel à des réservistes », explique-t-il.

La Russie affirme que ses forces ont repoussé trois attaques à l’extérieur de Kupyansk lundi.

Avdiivka est devenue un symbole de la résistance ukrainienne après des mois d’attaques. La ville a été brièvement occupée par des séparatistes soutenus par la Russie en 2014. Au cours des neuf années qui ont suivi, les forces ukrainiennes ont mis en place de vastes défenses autour de la ville.

Dans son discours quotidien de lundi, le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a exprimé son respect pour ceux qui défendent la ville.

« Leur résistance est aujourd’hui la force de toute l’Ukraine », a-t-il déclaré.

Vitalij Barabash indique qu’il reste environ 1 600 personnes à Avdijivka, où vivaient 30 000 personnes avant la guerre. La plupart de ceux qui restent ne veulent pas quitter la ville, dit-il.

Chloé

Chloé, rédactrice en chef aguerrie, anime L'Indécapant avec expertise. Pionnière du jeu vidéo, elle critique et décrypte les tendances depuis plus de vingt ans.

Partagez votre avis