La Russie accuse l’Ukraine d’être à l’origine d’une attaque de drone à Moscou

L’article a été mis à jour à 11:42.

Le front entre les soldats d’occupation russes et les forces de défense ukrainiennes est peut-être au point mort. Mais cela n’empêche pas les Russes de lancer tout ce qu’ils peuvent sur des cibles civiles dans la capitale Kiev. La nuit dernière, la ville a été touchée pour la 17e fois ce mois-ci, lorsqu’un barrage de drones a été envoyé en direction de la ville.

Les défenses aériennes ukrainiennes ont réussi à abattre plus de 20 drones Shahed de fabrication iranienne, mais des débris de l’un d’entre eux ont touché un immeuble de grande hauteur, tuant une personne, a déclaré le maire de la ville, Vitaly Klychko, à l’agence Reuters.

Voici à quoi ressemblait Kiev la nuit dernière, lorsque des débris de drone ont provoqué un incendie dans un immeuble de grande hauteur.

Plusieurs autres maisons et immeubles ont été touchés par des débris, mais il n’y a pas eu de blessés, selon le Kyiv Independent. Des missiles de croisière Iskander auraient également été utilisés lors des attaques, mais ils ont tous été neutralisés par un système de défense aérienne Patriot.

Nous ressentons de la douleur, du désespoir, du chagrin. Mais en même temps, nous n’avons pas peur.

Hanna Maljar

Les Russes, quant à eux, ont fait l’expérience directe de ce qui se passe lorsqu’ils sont attaqués par des drones.

Deux d’entre eux ont frappé des immeubles d’habitation à Moscou mardi matin, l’un d’entre eux n’ayant apparemment pas réussi à déclencher les explosifs contenus dans l’engin. Ils n’ont pas fait de blessés graves, souligne le maire Sergei Sobyanin dans un message sur le média social Telegram.

Andrei Vorobyov, gouverneur de la région de la capitale russe, affirme que des explosions ont été entendues dans certaines parties de la région de Moscou. Il s’agissait, écrit-il, de drones qui se dirigeaient vers la ville et que la défense aérienne a abattus.

Les Russes étaient au courant de l’arrivée des drones, mais n’ont pas réussi à les arrêter avant qu’ils n’atteignent Moscou. C’est ce qu’indiquent des images du district de Krasnogorsk, à l’ouest de la capitale russe, où un habitant a filmé un drone se dirigeant vers sa cible.

Le ministère russe de la défense affirme mardi que l’Ukraine est derrière ces drones, selon les agences de presse russes Ria et Interfax, d’après Ritzau. Huit auraient été lancés et tous auraient été abattus.

« Trois d’entre eux ont été arrêtés à l’aide d’outils de guerre électronique. Ils ont perdu le contrôle et ont quitté la trajectoire vers leur cible initiale. Cinq autres drones ont été abattus par un système de missiles à Moscou ».

L’Ukraine nie être à l’origine

L’Ukraine se félicite que la Russie soit également attaquée, mais nie en être à l’origine. Dans le même temps, le conseiller présidentiel ukrainien Mykhajlo Podoljak prédit que le nombre d’attaques va augmenter, selon l’agence de presse Reuters.

« En ce qui concerne les attaques, nous sommes bien sûr heureux de voir cela et nous prévoyons une augmentation du nombre d’attaques. Mais bien sûr, nous n’avons rien à voir avec cela directement », déclare M. Podoljak dans un programme diffusé sur YouTube.

L’attaque de drone à Moscou est intervenue à un moment où l’Ukraine a fait l’objet d’attaques généralisées. Dans la nuit de mardi à mercredi, l’Ukraine a subi sa troisième attaque de drone en 24 heures.

L’armée de l’air ukrainienne a déclaré mardi matin avoir abattu 29 des 31 drones au-dessus de la capitale Kiev et de la région de Kiev au cours de la nuit.

« Entre 23h30 et 04h30, les forces d’occupation russes ont attaqué l’Ukraine », écrit l’armée de l’air ukrainienne sur les médias sociaux.

Zelenskyj déclare qu’il a rencontré les dirigeants militaires ukrainiens pour discuter des prochaines étapes de la grande offensive contre l’invasion russe.

Il y a à peine un mois, le 3 mai, un drone a explosé au-dessus du Kremlin, la forteresse fortifiée du centre de Moscou où se trouve le bureau du président russe Vladimir Poutine. Là encore, la Russie pense que l’Ukraine est à l’origine de cet attentat.

Le journal américain The New York Times a écrit la semaine dernière que l’attaque avait probablement été orchestrée par l’une des unités spéciales de l’armée et des services de renseignement ukrainiens. Cette information n’a toutefois pas été confirmée officiellement. On ne sait pas non plus si le président Zelenskyj était au courant des plans.

Même un missile détruit peut faire des dégâts

L’incendie du gratte-ciel de Kiev montre que ce n’est pas parce qu’il existe des systèmes de défense qui frappent les drones et les missiles des assaillants qu’ils sont inoffensifs.

Les débris des armes russes peuvent encore faire des dégâts. La Nouvelle Voix de l’Ukraine a publié des images de parties d’un missile abattu s’écrasant sur une route dans le quartier d’Obolon à Kiev. Le missile s’écrase juste derrière un minibus et descend la rue, mais ne cause aucun dommage aux nombreux passants.

Le vice-ministre de la défense, Hanna Maljar, déclare que les Russes ne parviendront pas à briser les Ukrainiens :

« Tirer des roquettes sur des cibles civiles est une arme qui a un but psychologique. Il s’agit avant tout d’une arme d’intimidation. Mais pour les Ukrainiens, Kiev n’est pas seulement une capitale, c’est aussi un symbole de résilience et de résistance. Pour l’ennemi, frapper Kiev montre notre vulnérabilité. Il veut donner l’impression que la capitale est sans défense. Mais la guerre a révélé une caractéristique intéressante de la conscience collective ukrainienne. Oui, nous ressentons de la douleur, du désespoir, du chagrin. Mais en même temps, nous n’avons pas peur ».

Chloé

Chloé, rédactrice en chef aguerrie, anime L'Indécapant avec expertise. Pionnière du jeu vidéo, elle critique et décrypte les tendances depuis plus de vingt ans.

Partagez votre avis