Cinq ans de loi suédoise sur le consentement : Deux fois plus de condamnations pour viol

Après cinq ans d’application d’une loi sur le viol fondée sur le consentement en Suède, le nombre de condamnations pour viol a plus que doublé.

C’est ce qu’indique la chaîne de télévision SVT, en se basant sur les chiffres du Conseil suédois de prévention de la criminalité.

La Suède a introduit une nouvelle loi sur le viol le 1er juillet 2018.

En 2017, dernière année complète de la législation précédente, 235 condamnations pour viol ont été prononcées.

En 2022, 557 ont été prononcées.

Parmi elles, 28 condamnations pour ce que la loi suédoise appelle un viol par négligence.

On constate également une augmentation du nombre de signalements, bien que cela ne corresponde pas du tout à un doublement.

Avant le changement intervenu en 2018, la loi suédoise exigeait essentiellement que la violence ou les menaces de violence constituent un viol.

Après la modification de la loi, l’exigence était que l’infraction soit volontaire – sinon il s’agissait d’un viol.

Selon SVT, les juristes suédois ont des avis partagés sur la législation.

D’une part, l’avocate Silvia Ingólfsdottir Åkermark, qui représente souvent des femmes dans des affaires de viol, est très satisfaite de la législation.

« Je pense que la législation sur le consentement a été un changement très important. Surtout pour la victime et pour l’opinion publique sur ce qu’est un viol », déclare-t-elle à SVT.

En revanche, l’avocat Bengt Ivarsson, qui, selon SVT, a participé à une étude sur le sujet avant que la loi ne soit modifiée en 2018, est sceptique.

« Je pense que ce changement de loi est problématique et je crois que plus d’innocents sont condamnés aujourd’hui qu’avant », déclare-t-il.

Au Danemark aussi, la législation sur le viol a été modifiée.

Depuis le 1er janvier 2021, une loi sur le viol fondée sur le consentement est entrée en vigueur au Danemark.

Chloé

Chloé, rédactrice en chef aguerrie, anime L'Indécapant avec expertise. Pionnière du jeu vidéo, elle critique et décrypte les tendances depuis plus de vingt ans.

Partagez votre avis