Champion de la Triche? Ce Gars Collectionne les Bannissements sur Steam Comme d’Autres Collectionnent les Succès

Résumé :

  • Xeonir, un utilisateur de Steam, fait des bans sa passion, investissant plus de 3500 dollars pour cela.
  • Il a pour objectif de collectionner autant de bans que possible, cherchant à se faire bannir à répétition.
  • Avec 100 bans, Xeonir est actuellement au sommet de la liste mondiale des bans par Valve Anti-Cheat.
  • Il considère le fait de tricher comme une partie intégrante de la communauté de jeu, malgré l’opinion défavorable de plusieurs joueurs.
  • Certaines restrictions comme dans les jeux Killing Floor 2 ou Garys Mod, restent insaisissables pour lui, incitant parfois Xeonir à contacter directement les développeurs pour un ban.

À la rencontre de Xeonir : L’as de l’interdiction sur Steam

Cheater est son quotidien : l’utilisateur de Steam, Xeonir, collectionne les interdictions (bans) sur Steam comme hobby, pour lequel il a déjà investi plus de 3500 dollars.

Qui aurait cru que brûler volontairement ses mains à plusieurs reprises puisse devenir un loisir ? Pour Xeonir, cet acte représente son ambition incessante de collecter autant de bans que possible sur la plateforme de jeux Steam.

Le maestro des interdictions

Permettez-nous de vous présenter : Xeonir. Cet utilisateur s’est en effet fixé pour mission de recevoir constamment des interdictions sur Steam, plongeant profondément dans ses finances pour nourrir cette excentrique passion. Comme il l’a révélé à Video Games, « collecter des bans est pour moi une source de divertissement et un défi personnel. Hormis cette collection, je ne joue actuellement à aucun jeu. »

Xeonir domine dans ce qu’il fait, tenant solidement la première place du classement mondial des joueurs bannis par Valve Anti-Cheat, avec 100 interdictions. Loin derrière, le deuxième sur la liste n’en a que 60.

Xeonir maintient que tricher fait partie intégrante de la communauté des joueurs et que ceux qui ne sont pas d’accord peuvent simplement quitter le serveur. « Je crois que tricher appartient à la communauté de gaming et aux joueurs eux-mêmes. Ceux qui ne souhaitent pas y participer peuvent quitter le serveur à tout moment. Auparavant, j’avais plus de 2487 commentaires sur mon profil, tous supprimés depuis, et la majorité était méprisante à mon égard à cause de mon emploi de cheats. »

Pourtant, même Xeonir rencontre des obstacles. Des jeux comme Killing Floor 2 ou Gary’s Mod restent hors de portée, le ban tant désiré ne s’étant pas encore matérialisé. Sur ces occasions, Xeonir n’hésite pas à contacter directement les développeurs pour leur demander de le bannir, espérant élargir sa collection.

Conclusion : Un Cas Particulier dans le Monde du Gaming

L’histoire de Xeonir souligne une facette particulièrement inhabituelle mais fascinante de la communauté du gaming. La quête insolite de ce joueur pour collectionner les bans sur Steam montre comment les passions peuvent prendre des formes inattendues, défiant souvent nos compréhensions normatives du loisir et du jeu vidéo.

Loin d’être un phénomène isolé, le cas de Xeonir ouvre la discussion sur la place du tricheur dans le gaming. Cela défie la notion conventionnelle de la compétitivité et du fair-play, lançant un débat sur les limites des comportements acceptables et des règles établies par les communautés en ligne. En tant qu’expert en jeux vidéo, il est pertinent de réfléchir aux diverses manières dont les jeux et leurs plateformes peuvent encourager ou décourager de telles pratiques, et quel impact cela a sur la culture du gaming dans son ensemble.

Chloé

Chloé, rédactrice en chef aguerrie, anime L'Indécapant avec expertise. Pionnière du jeu vidéo, elle critique et décrypte les tendances depuis plus de vingt ans.

Partagez votre avis