Assassin’s Creed Shadows : Ubisoft répond à une polémique et présente ses excuses à un groupe japonais

Ubisoft fait face à une polémique autour de Assassin’s Creed Shadows

Il y a quelques mois, Ubisoft a surpris tout le monde avec l’annonce officielle de Assassin’s Creed Shadows, la première édition de la franchise à nous permettre d’explorer le Japon féodal. Bien que l’enthousiasme soit palpable, une partie de la communauté s’est insurgée contre certains éléments. Les développeurs ont dû répondre à une polémique et présenter des excuses.

Critiques autour de Yasuke et de l’utilisation de designs non autorisés

Le titre en monde ouvert a fait l’objet de critiques depuis son annonce officielle à la mi-mai. Une partie de la conversation tourne autour de l’inclusion de Yasuke, un samouraï noir basé sur un personnage historique réel; cependant, il y a eu une autre polémique concernant l’utilisation non autorisée d’un design.

Un mois après que le cas a été révélé pour la première fois, Ubisoft s’est prononcé via un communiqué et semble avoir mis fin à la controverse.

Vidéo liée: Ubisoft: Tu ne posséderas rien et tu seras heureux

Ubisoft utilise la bannière de Sekigahara Teppo-Tai dans l’art de Assassin’s Creed Shadows

Après la révélation initiale du jeu, Ubisoft a partagé quelques concept arts. Les fans ont remarqué qu’une des images montrait une bannière au design très similaire à celui de la Sekigahara Teppo-Tai, un groupe de reconstitution historique formé par des volontaires qui se produisent lors d’événements spéciaux et festivals au Japon.

Sur les réseaux sociaux, le chef de ce groupe a réagi avec surprise et a affirmé ne pas savoir comment réagir. En partageant une photo prise en 2019 montrant la bannière réelle, il a déclaré qu’il avait contacté Ubisoft pour parler de l’utilisation non autorisée de ce design.

Ubisoft a utilisé sans autorisation le design d'une bannière réelle dans Assassin's Creed Shadows
Ubisoft a utilisé sans autorisation le design d’une bannière réelle dans Assassin’s Creed Shadows

La filiale japonaise d’Ubisoft a confirmé qu’ils avaient identifié deux usages du logo de Sekigahara Teppo-Tai dans le concept art de Assassin’s Creed Shadows. Ils ont présenté des excuses à l’organisation et ont promis que le design ne serait ni utilisé ni distribué dans le jeu, bien qu’il apparaisse dans les livres physiques probablement déjà imprimés inclus dans l’édition collector.

Dans une publication de suivi, le groupe de reconstitution historique a confirmé qu’Ubisoft les avait contactés pour leur présenter des excuses et éliminer l’art problématique.

La réaction de la communauté et des créateurs

Assurément, Assassin’s Creed Shadows est au centre de la polémique depuis son annonce officielle. Comme mentionné, la principale controverse concerne l’ajout de Yasuke comme personnage jouable. Certains fans soutiennent qu’il n’existe pas de preuves historiques démontrant qu’il était un guerrier samouraï dans la réalité.

Ubisoft s'excuse pour l'utilisation de la bannière du groupe Sekigahara Teppo-Tai
Ubisoft s’excuse pour l’utilisation de la bannière du groupe Sekigahara Teppo-Tai

Un fan a créé une pétition pour tenter de faire annuler la sortie de ce jeu en monde ouvert, tandis qu’un légendaire créatif de Capcom a pris la défense du titre, arguant qu’il s’agit d’une œuvre de fiction. Marc-Alexis Côté, producteur de la saga, a également répondu aux critiques.

Mais qu’en pensez-vous de cette polémique ? N’hésitez pas à nous laisser vos commentaires dans la section dédiée.

Vidéo liée: La genèse de : Assassin’s Creed

Chez Ubisoft, chaque sortie d’un nouvel opus de la franchise Assassin’s Creed est scrutée par une communauté de joueurs très attentive. Assassin’s Creed Shadows ne fait pas exception, et la récente polémique autour de l’utilisation non autorisée de la bannière de Sekigahara Teppo-Tai souligne une fois de plus l’importance du respect des propriétés intellectuelles et de la sensibilité culturelle. La décision d’inclure Yasuke, un personnage historique controversé, montre également la volonté des développeurs d’explorer des récits diversifiés, même si cela implique de naviguer sur des terrains délicats. En tant que professionnels de l’industrie du jeu vidéo, il est crucial de trouver un équilibre entre l’innovation créative et le respect historique, afin de proposer des expériences immersives et respectueuses. Espérons que cette situation serve de leçon pour de futurs projets.

Chloé

Chloé, rédactrice en chef aguerrie, anime L'Indécapant avec expertise. Pionnière du jeu vidéo, elle critique et décrypte les tendances depuis plus de vingt ans.

Partagez votre avis