Sète - 5ème ville de France au niveau de la fiscalité : réaction de Sébastien Pacull

Sète - 5ème ville de France au niveau de la fiscalité : réaction de Sébastien Pacull

Sète - 5ème ville de France au niveau de la fiscalité : réaction de Sébastien Pacull

Par Sébastien Pacull - Conseiller Municipal, le 10 Mars 2021

Sète, 5ème ville de France au niveau de la fiscalité

L’information est donc tombée aujourd’hui, Sète se hisse à la 5ème place dans le classement des villes de France ayant la fiscalité la plus forte.

Si, depuis quelque temps, nous entendons parler de la volonté de la majorité de faire de Sète une capitale de la culture. Il faudrait également faire attention à ce que notre ville ne devienne pas une des capitales de la pression fiscale.
Cet état de fait ne satisfait personne, surtout pas ceux, dont je fais partie, qui souhaitent préserver le bien vivre des sétoises et des sétois. D’autant plus que la pression fiscale repose sur une classe de la population déjà durement frappée économiquement par la crise
sanitaire.

Je propose donc, comme je l’avais déjà fait lors de ma dernière conférence de presse, l’institution d’un observatoire fiscal. Ce dernier permettrait d’enfin nous doter d’outils et de données pouvant servir à améliorer la situation.

Cet observatoire fiscal aurait deux missions prioritaires. Premièrement, analyser la solvabilité fiscale de la population et son évolution. Deuxièmement, opérer un suivi complet et exact des dépenses engagées par la municipalité ces dernières années et faire le bilan de leurs
impacts économiques.

L’institution de cet observatoire fiscal est la seule solution qui nous permettrait enfin de mettre en œuvre une politique fiscale et économique vertueuse, mais également totalement transparente.

Enfin, je suis surpris de voir Monsieur Escarguel, adjoint délégué aux finances, revêtir sa robe d’avocat dans les médias pour défendre cette pression fiscale absurde. Ses arguments peuvent être résumés ainsi : la situation de la ville nécessitait d’être redressée et d’importants
travaux devaient être engagés.

Est-ce la mauvaise foi ou bien une crise d’amnésie qui le pousse à parler ainsi ?

Car le nouveau Zorro des finances oublie bien vite que, depuis 18 ans, c’est celui qui l’envoie défendre l’augmentation fiscale qui siège dans le fauteuil de maire. Les dépenses d’aujourd’hui, ce sont les erreurs d’hier, tout simplement. Ces erreurs, j’avais déjà tiré la
sonnette d’alarme quant à leurs conséquences futures, mais rien ne fut fait.

Loin de s’être apaisée, notre ville subit de fortes poussées de fièvre et l’augmentation de la fiscalité en est une.

Mes propositions sont sur la table et, loin des calculs politiques, je pense qu’elle devrait être considérée dans l’intérêt des Sétoises et des Sétois.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI