Montpellier - LMR dénonce la dérive dogmatique animaliste à Montpellier.

Montpellier - LMR dénonce la dérive dogmatique animaliste à Montpellier.

Montpellier - LMR dénonce la dérive dogmatique animaliste à Montpellier.

Par Fabrice Pecqueur, président LMR Hérault, le 05 Février 2021

Le 23 décembre 2020, la mairie de Montpellier dénonce des baux de chasse sur deux territoires appartenant à la ville.  

Somme toute sur une petite surface de 70 hectares, mais on reconnait là un message politique dans l’air du temp ; le chasse basching, l'agribashing...

Poussé par l’idéologie antispéciste de l’adjoint Monsieur Ariztegui, et soutenu par l’Aspas (Association pour la protection des Animaux Sauvages), la décision du Maire Michel Delafosse d’interdire la chasse sur les territoires de sa Commune est à courte vue car au cours des deux dernières années la Fédération des chasseurs de l’Hérault avait pu reprendre 183 sangliers grace à des cages-pièges !  

Cette collaboration va bien sûr cesser. Ce type de décision dogmatiquement antichasse aura des conséquences car nous allons rapidement pouvoir constater l’ampleur des dégâts de sangliers et les problèmes qu’ils vont poser à la circulation.  À moins que Montpellier souhaite devenir un nouveau « Canton de Genève » avec cet indispensable besoin de régulation qui se fera plus discret (tirs de nuit) mais avec un coût important pour les contribuables ; garderie spécialisée et engrillagement.  

Quant au Maire de Montpellier, nous lui suggérons d’aller visiter le Parc de Valfanjouse, 500 hectares clos situé dans le Vercors (Drôme). Il y verra là-bas l'impossibilité qu’a l’Apsas pour gérer une population de sangliers (entre autres cerfs élaphes, cerfs sikas, daims et mouflons), sans prélèvement.

C’est beau la Nature, mais ce n’est pas immuable ! La roue tourne toujours.

Pour le Mouvement de la ruralité les ruraux devront s’en souvenir aux prochaines élections !

 


Ruralité : non à la destruction de nos us et coutumes !

Le Mouvement de la ruralité lance l’alerte identitaire rurale.

De nombreux ruraux doivent s’inquiéter de la dérive idéologique sectaire portée contre leurs activités. Jamais la ruralité, avec ses libertés et ses traditions, n’a été autant attaquée et entravée.

Qu’il s’agisse des nouvelles municipalités gérées par EELV ou d’exécutifs pluriels de gauche avec les verts et les animalistes, tous s’engagent dans une croisade contre les ruraux, les chasseurs et les pêcheurs.

Les dernières villes emportées par les écologistes viennent encore de s’illustrer par un ostracisme animaliste délirant. Lyon, Bordeaux comme Paris, interdisent la pêche au vif, quant à Montpellier, par le dogmatisme d’un élu animaliste, la municipalité a interdit la chasse sur le territoire communal.

La dérive végan s’incruste dans les exécutifs EELV où de gauche plurielle et engage l’éradication des activités traditionnelles rurales. Avec une vidéo contre la pêche (voir la vidéo), rassemblant les figures de l’écologie radicale avec la présidente de L_214 Brigitte Gottiere, l’activiste Pierre Rigaux et Allain Bougrain-Dubourg, c’est une déclaration de guerre à tous ceux qui aiment la ruralité vivante avec ses traditions et ses us et coutumes.

Plus de sapin de Noël, plus de Tour de France, plus patrouille de France, plus de pêche, plus de chasse. Bientôt plus de poisson rouge dans l’aquarium, plus d’animaux domestiques. Fini les chiens et chats asservis aux hommes, terminé les centres équestres… Des interdits et encore des interdits !

La dérive animaliste doit être stoppée.

Elle va broyer des vies, des métiers, des emplois, des savoir-faire et éradiquera un pendant de l’histoire de France au travers de ses pratiques rurales.

Le Mouvement de la ruralité appelle au rassemblement des acteurs de la ruralité autour de LMR pour contrer cette dérive liberticide et culturelle. L’ostracisme environnemental et animaliste ça suffit !

Montpellier - LMR dénonce la dérive dogmatique animaliste à Montpellier.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI