Montpellier - Soutien aux salariés de Sanofi en grève, qui appelle également à l'unité des travailleurs de la recherche publique-privée pour défendre l'emploi.

Montpellier - Soutien aux salariés de Sanofi en grève, qui appelle également à l'unité des travailleurs de la recherche publique-privée pour défendre l'emploi.

Montpellier - Soutien aux salariés de Sanofi en grève, qui appelle également à l'unité des travailleurs de la recherche publique-privée pour défendre l'emploi.

Par Gilles NIEL (pour le SNTRS-CGT en Languedoc-Roussillon), le 02 Février 2021

JEUDI 4 FÉVRIER 2021

Mobilisons-nous pour la préservation et le développement de l’emploi

La section syndicale du SNTRS-CGT, en Languedoc-Roussillon, réunie en AG ce 1° février apporte tout son soutien et sa solidarité aux salariés de Sanofi en lutte contre les suppressions d’emplois.

Comme vous, nous n’acceptons pas qu’un grand groupe industriel comme Sanofi qui accumule des profits considérables (8 à 9 milliards de bénéfices), bénéficie d’aides publiques et en particulier du Crédit Impôt Recherche (CIR - 130 millions € / an depuis plus de 10 ans) et puisse profiter de la crise de la Covid pour licencier 364 personnels en R&D en France dont 55 à Montpellier.

Il y a 10 ans, le gouvernement de N. Sarkozy mettait en place le CIR, une véritable niche fiscale pour les entreprises privées et dans le même temps, il obligeait les laboratoires des organismes de recherche publique à prendre en charge les travaux de R&D au détriment de
la recherche fondamentale.

Il y a 10 ans, à Montpellier vous étiez 1500 salariés de Sanofi, vous n’êtes plus que 880 et ils voudraient encore supprimer 55 postes. Comme vous, nous ne l’acceptons pas !

De même en 2007, le CNRS nationalement recrutait 1000 chercheurs, ingénieurs et techniciens ; en 2021, il ne recrutera que 560 personnels titulaires.

Le gouvernement a annoncé 25 milliards € pour la recherche publique, qui sont en réalité 5 milliards de plus... pour 2031, mais il manque déjà 8 milliards € depuis 10 ans pour atteindre le fameux 1% du PIB alors que le CIR atteint plus de 6 milliards € / an ! Nous ne l’acceptons pas non plus !

Pour l’avenir de la recherche, pour l’avenir des jeunes générations, avec vous nous disons non aux licenciements à Sanofi et oui au maintien des 55 emplois du site Montpelliérain !

Nous appelons à l’unité des travailleurs de la recherche publique-privée pour défendre l’emploi scientifique pérenne et statutaire à la hauteur des besoins en connaissance scientifique et au service de la population !

Tous ensemble le 04 février dans la grève et la manifestation à 10H30 Place Albert 1er

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI