Sète - Conseil Municipal, séance du 23 novembre 2020 – délibération 2 – débat d'orientation budgétaire

Sète - Conseil Municipal, séance du 23 novembre 2020 – délibération 2 – débat d'orientation budgétaire

Sète - Conseil Municipal, séance du 23 novembre 2020 – délibération 2 – débat d'orientation budgétaire

Par Sébastien Pacull, le 25 Novembre 2020

Conseil Municipal, séance du 23 novembre 2020 – délibération 2 – débat et rapport d’orientation budgétaire – DOB/ROB

Intervention de Sébastien Pacull - Conseiller Municipal de Sète

Tout d'abord, puisque nous sommes retransmis en direct, il convient d'expliquer ce qu'est le débat d'orientation budgétaire, il s’agit d’un document présenté sous forme de rapport, qui statue de l'état des orientations budgétaires d'une collectivité locale. L'analyse rétrospective de la gestion financière de la collectivité.

Ce document ouvre lieu à un débat au sein du conseil municipal entre ses différentes composantes.

Ce document pré établit aussi la politique municipale à venir ainsi que l'usage qui sera fait des impôts prélevés aux habitants ainsi qu'aux diverses ressources de la collectivité.

NOUS NE SOMMES DONC PAS SUR UN DEBAT TECHNIQUE MAIS SUR UN DEBAT TRES PRATIQUE QUI CONSISTE A EXPRIMER COMMENT SERA DEPENSE L'ARGENT PRELEVE AUX SETOIS ET COMMENT IL A ETE DEPENSE EN 2019.

Après une crise sans précédent, l'utilisation de l'argent public, c'est à dire de nos impôts, marque un statu quo total.

Alors même que notre ville connaît une flambée de la violence sans égale,(j'attends d'ailleurs toujours la réponse à notre demande de classement en ZSP de l'île de THAU), que nos écoles ferment, que le taux de chômage et de pauvreté va atteindre des records, les orientations budgétaires ne changent pas.

Ainsi, le développement économique, les écoles ou la sécurité demeurent les parents pauvres d'un budget pourtant élevé et construit à 78% sur les recettes fiscales.

La culture retire encore une fois la part du lion avec un budget supplémentaire de 1.2 millions d'euros pour l'année Brassens, dirigée par l'ancien directeur de cabinet auquel on a ainsi trouvé une voie de reconversion.

Les dépenses de personnel ont explosées de 400 000 € en 2020, alors même que l'on nous promettait une baisse grâce à la mutualisation des compétences avec l'agglomération.

Pourtant le personnel en mairie souffre.

J'ai bien entendu lors de la commission finances qu'une politique des ressources humaines visant à former, recruter et diversifier les tâches demeurait parmi les volontés.

SI JE SOUSCRIS A CETTE IDEE JE DIRAI QUE L'ON NOUS VEND DU REVE !

DEPUIS 19 ANS CES AMBITIONS ONT ETE AFFICHEES ET J'Y SOUSCRIS MAIS DEVONS NOUS ENCORE Y CROIRE ???

Il en est de même pour les subventions aux associations. Si nous ne contestons pas l'aide associative et sa nécessité, on peut fortement s'inquiéter de savoir que certaines d'entre elles possèdent une trésorerie 24 fois supérieure au montant de leur subvention ou de voir que celles qui bénéficient d'un local n'y mettant parfois jamais les pieds.

Parmi les investissements prévus nous saluons les études pour un nouveau poste de police municipale et de supervision urbain.

CELA EST NECESSAIRE.

Mais, l'emplacement prévu dans la future ZAC est inapproprié et pourquoi ne pas créer un commissariat commun avec la police nationale qui travaille dans des locaux insalubres et qui se plaint de ses sous effectifs ?

J'en profite d'ailleurs pour leur témoigner de notre plein et entier soutien.

Quant aux effectifs de notre police municipale ils sont insuffisants, on peut s'étonner d'y compter 3 chefs de service et ils ont besoin d'être équipés de 2 roues et d'avoir accès à de meilleurs entraînements (certains d’entre eux mentionnent 1 entrainement par an ce qui est, pour le moins, largement insuffisant).

Sur les investissements encore,  nous reprocherons que ces derniers n'apporteront pas un gain de richesse à l'économie sétoise, ni un sursaut économique vital lorsque l'on sait que les entreprises intervenant sur les chantiers  ne sont que trop rarement de notre agglomération et n'embauchent pas de personnel local.

Ainsi pour nous, là où il était important de changer de cap, de mettre la proue face à la tempête, nous ne voyons rien de tout cela. Seulement une continuité sans réelle prise de conscience. Les mêmes causes produiront les mêmes effets, auxquels nous ne souscrivons pas.

C’est la raison pour laquelle, nous ne voterons pas l’orientation de ce budget.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI