Montpellier - Le Parti Ouvrier Indépendant s'interroge sur l'expulsion de 200 personnes à Montpellier !

Montpellier - Le Parti Ouvrier Indépendant s'interroge sur l'expulsion de 200 personnes à Montpellier !

Montpellier - Le Parti Ouvrier Indépendant s'interroge sur l'expulsion de 200 personnes à Montpellier !

Par Parti Ouvrier Indépendant Comité de Montpellier, le 01 Septembre 2020

D’un côté : un milliard pour les opérations militaires en Afrique et dans le monde De l’autre : 200 personnes à la rue en plein Montpellier du jour au lendemain.

Saisissant portrait du capitalisme : alors que des moyens financiers sont déployés largement – 1 milliard d’euros- pour envoyer des 13 300 militaires en op ex au Sahel (Barkhane), au Mali (Serval), en Lybie (Harmattan) ou encore au Sahara, sous l’égide de l’ONU, de l’OTAN, de l’UE ou sous ses propres couleurs, il semble ne pas y avoir grand-chose pour ceux qui en subissent les conséquences et fuient les bombes ou la misère (les deux n’étant jamais très éloignées). Ce 31 août 2020, 200 personnes ont donc été expulsées d’un logement insalubre qu’elles occupaient depuis un an sur Montpellier.

Seules deux familles ont pu se voir proposer un hébergement ; les autres n’ont rien du tout et se retrouvent… à la rue.

Le même préfet qui prétend nous défendre d’un virus qui a dans la récente période fait 0 mort dans la région Occitanie (4 au 30 août dans toute la France), laisse donc 200 personnes dans un squat qui aurait dû être réhabilité en locaux pour hospitalisation de jour, durant une année, pour ensuite les expulser du jour au lendemain.

Faire retomber sur le seul Préfet de l’Hérault serait injuste : c’est bien l’ensemble de la politique de la cinquième république qui conduit à ce résultat, que le siège soit occupé par la gauche (Jospin, Hollande…) la droite (Chirac, Sarkozy…) ou les deux hybridés (Macron). Nous affirmons donc : Dans une république digne de ce nom, on ne laisserait pas des jeunes et des adultes un an dans un squat insalubre, pour les mettre à la rue ensuite !

Dans une république sociale, qui reste à construire, un logement pour tous, et un emploi avec des droits pour les adultes et l’école pour les enfants devrait le socle sur lequel s’épanouissent les citoyens. Est-ce trop demander ? Dans la France à Macron dire cela apparait illusoire. C’est pourtant le B-A BA d’une société civilisée.

Le POI n’est pas pour le chaos, pour le système D, la dislocation sociale, la charité. Notre parti combat pour les droits, pour les services publics, pour le travail pour tous. Aussi, il demande que toutes les personnes qui sont aujourd’hui à la rue puissent avoir un hébergement, un travail et que les enfants aillent à l’école.

Nous nous associons aux protestations qui se sont d’ores et déjà exprimées

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI