Béziers - N'ayons pas peur : à la rentrée, aidons partout à organiser la résistance et le combat !

Béziers - N'ayons pas peur : à la rentrée, aidons partout à organiser la résistance et le combat !

Béziers - N'ayons pas peur : à la rentrée, aidons partout à organiser la résistance et le combat !

Par Les bureaux des comités de résistance et de reconquête de l’Hérault, le 31 Août 2020

Rubrique "Libre expression" : Communiqué des bureaux des comités de résistance et de reconquête de l’Hérault

N’ayons pas peur : à la rentrée, aidons partout à organiser la résistance et le combat !

Depuis plusieurs semaines, l’Etat orchestre une campagne volontairement catastrophiste. Non pas pour, sur la base des faits, donner des conseils nous permettant de nous protéger de la COVID (bien que celle-ci semble quand même peu conduire à l’hôpital), mais, de manière outrancière, nous faire peur.

Pour cela, ils avancent certains chiffres, mais pas d’autres.

Nous connaissons d’une part la force du gouvernement Macron, les institutions qu’il préside, et d’autre part la nullité d’une partie des sommets de la classe politique, la réticence des dirigeants qui appellent timidement à une énième journée d’action aux formes variées, à travers un appel avec peu de revendication. Il y ré apparaît cette revendication bizarre de "sécurité sociale professionnelle tout au long de la vie."

Mais nous savons aussi que la colère monte contre la casse des hôpitaux, de l’école publique, des droits ouvriers, de la sécurité sociale, de l’assurance chômage. Surtout, avec anxiété, des centaines de famille se demandent si elles auront encore leur emploi à l’automne.

Les P«S»E tombent les uns après les autres. Un membre du gouvernement lâche au journal le monde : « Les entreprises sont en train de faire leurs comptes. Nous allons avoir des centaines de milliers de chômeurs en plus ». La poursuite d’une politique de dislocation des droits alors que tout indique que le service public et l’industrie sont vitaux à la fois pour ceux qui y travaillent, mais aussi pour faire face en cas d’épidémie, alimente une colère qui ne peut se satisfaire d’attendre 2022.

Le problème essentiel est d’aider ceux qui veulent ouvrir la voie à la défense des droits et des acquis.

Que ce soit dans les entreprises, les écoles, les universités, les hôpitaux, dans les petites communes ou sur des ronds-points, il nous faut aider dès la rentrée. Pour cela, il nous faut affirmer clairement : la nécessité de se protéger de la COVID ne nous fera pas renoncer à nous défendre, à résister. Même si les discours alarmistes seront utilisés, nous aiderons partout au contraire à prendre confiance.

Tout le monde le comprend bien : ça ne peut pas durer comme cela ! Il faut tirer les leçons du passé récent (Liban, Irak, Algérie, USA…) : c’est la mobilisation massive qui permet de bousculer l’ordre établi et remettre en cause les politiques anti -ouvrières.

Dans notre pays : c’est par l’action et la mobilisation que nous avons pu jeter les bases des conquêtes sociales, de la sécu, et que l’on a pu en préserver des morceaux.

Il est temps de se lever face à la seule vraie catastrophe qu’ils veulent tous cacher : la politique réactionnaire sur toute la ligne de ce gouvernement. Mettre au centre les revendications, c’est exiger, entre autre, la création de postes en nombre suffisant dans les hôpitaux, que les lits et les services soient rouverts; la défense du statut dans la fonction publique, le retrait de la LPPR et du dispositif bienvenue en France dans les universités, où 90 000 bacheliers attendent encore une affectation ; des postes en nombre dans le premier et le second degré de l’Education nationale, la défense du bac national, la fin des 2S2C ; et surtout : aider partout au combat pour empêcher les patrons de licencier !

Nous n’accepterons pas la répression et toute interdiction de manifester, qui s'ajoute à l'obligation du port du masque (généralisé dans la métropole de Montpellier) sous prétexte d’épidémie.

Les comités de résistance et de reconquête sont composés de militants de sensibilités très différentes, aux parcours très variés. Nous n’avons pas les mêmes approches, mais nous sommes animés de la même recherche pour trouver les solutions permettant de nous assurer un avenir, contre la politique des sommets de la finance et des grands groupes du CAC40.

Nous serons présents à 100% auprès des travailleurs en cette rentrée pour mettre au centre les revendications, nous serons présents avec les Gilets Jaunes qui continuent leur combat… partout, pour aider à la résistance. Nous invitons tous ceux qui veulent combattre à rejoindre les comités de résistance et de reconquête ! 

Les bureaux des comités de résistance et de reconquête de l’Hérault (31-08-20)

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI