Frontignan - Bas les masques! Les insuffisances de la municipalité face à la crise sanitaire

Frontignan - Bas les masques! Les insuffisances de la municipalité face à la crise sanitaire

Frontignan - Bas les masques! Les insuffisances de la municipalité face à la crise sanitaire

Par Gérard Prato, le 02 Juin 2020

Communiqué de Gérard Prato, candidat à la mairie de Frontignan-La Peyrade.

Dans un article daté du 28 mai, Midi Libre s’étonne qu’ « à Frontignan les habitants attendent toujours leurs masques ». En effet, alors que la plupart des communes ont depuis longtemps commencé leur distribution, les Frontignanais et Lapeyradois sont priés d’attendre, car la majorité sortante n’a, une fois de plus, rien anticipé. A titre de comparaison, les villes de Balaruc-le-vieux, Sète ou Agde, ont distribué depuis longtemps des masques à leurs concitoyens. A Béziers, Robert Ménard a commencé cette distribution dès le 25 avril par voie postale.

Même avec l’aide de leurs partenaires politiques que sont le Département et la Région, la majorité frontignanaise a montré dans cette crise sanitaire de graves carences, après pourtant 25 années de règne. Pierre Bouldoire et son dauphin Michel Arrouy ont ainsi confirmé leur manque total de réactivité face au Covid-19 en ne prenant pas soin des personnes âgées isolées. Malgré la télésurveillance, le CCAS de la ville n’a pris aucune nouvelle de ce public fragile. Par contre, l’équipe de campagne de Michel Arrouy a su, pour le premier tour des élections municipales, faire le tour des maisons de retraite pour récupérer de nombreuses procurations.

En outre, la mairie n’a ni commandé, ni payé les masques, ce dont elle ne se vante. Ce sont en effet l’État, la Région et le Département, qui financent ces protections très attendues par nos concitoyens.

Tout au long de cette crise qui a plongé beaucoup de Frontignanais dans le chômage partiel (avec une baisse importante de leur pouvoir d’achat), la municipalité est restée aux abonnés absents, les habitants devant acheter leurs propres masques pour pouvoir sortir et participer activement à la reprise.

L’inertie de la majorité s’est exprimée tout au long de la crise sanitaire : retard lors de la reprise du marché, hésitation pour le retour des enfants dans les écoles, ratage sur la réouverture des plages (vraisemblablement à cause d’un dossier incomplet), insuffisance des dispositifs de soutien aux commerçants… ces dysfonctionnements rappellent l’usure de la gauche locale et la nécessité de changer de majorité.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI