100 pays s’accordent sur des réformes financières mondiales

Le président français Emmanuel Macron a déclaré vendredi lors d’une importante réunion financière à Paris, à laquelle ont participé plus de 100 pays, qu' »il y a un consensus complet sur le fait que les institutions financières mondiales doivent être réformées ».

Dans le même temps, M. Macron a annoncé qu’un accord attendu depuis longtemps pour que les pays riches contribuent à hauteur de 100 milliards de dollars (685 milliards de couronnes danoises) à un plan climatique pour les pays en développement avait été finalisé.

Un fonds pour la biodiversité et la protection des forêts du monde a également été mis en place.

Lors de la réunion sur la finance mondiale, il a été précisé que les banques multilatérales de développement devraient débloquer 200 milliards de dollars (plus de 1,3 trillion de dollars) pour aider les pays en développement à stabiliser leurs économies.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré dans un discours prononcé lors de la réunion qu’il était crucial que tous les pays contribuent et prennent part à l’effort mondial commun contre la faim, la pauvreté et le changement climatique.

« De nombreux pays, en particulier dans le Sud, sont confrontés à des défis majeurs. Nombre d’entre eux sont étroitement liés. Il s’agit notamment des défis de la croissance et de la lutte contre la faim et la pauvreté. Et puis il y a les défis du changement climatique causé par l’homme ».

« Il est essentiel que nous reconnaissions notre responsabilité commune et que nous discutions ouvertement de la manière dont nous pouvons atteindre nos objectifs », a déclaré M. Scholz lors de la réunion à laquelle ont participé plus de 40 chefs de gouvernement et chefs d’État.

La déclaration de soutien de Macron à la réforme des institutions financières mondiales inclut la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI). Il est convenu que ces institutions doivent être rendues « meilleures, plus efficaces, plus équitables et plus réactives au monde d’aujourd’hui ».

La Banque mondiale et le FMI ont été créés après la Seconde Guerre mondiale et reflètent un monde dominé par les pays riches et occidentaux.

« Nous devons dire que la Banque mondiale ne répond pas aux attentes du monde. Il en va de même pour le FMI », a déclaré le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, lors de la séance de clôture.

Peter Thagesen, directeur adjoint et responsable du commerce mondial à la DI, estime qu’il est absolument nécessaire de réformer les institutions financières mondiales.

 » Près de quatre-vingts ans après la création de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, il existe un large consensus sur la nécessité de réformer les institutions financières multilatérales », déclare-t-il.

Peter Thagesen ajoute qu’au sommet de Paris, l’objectif principal a été de parvenir à un accord sur une feuille de route visant à alléger le fardeau de la dette des pays à faible revenu et, dans le même temps, à libérer beaucoup plus de fonds pour le financement de la lutte contre le changement climatique. Deux ambitions que le Danemark et la communauté d’affaires danoise soutiennent activement et sans réserve.

Chloé

Chloé, rédactrice en chef aguerrie, anime L'Indécapant avec expertise. Pionnière du jeu vidéo, elle critique et décrypte les tendances depuis plus de vingt ans.

Partagez votre avis