ACTUALITES : HERAULT - RALLIEMENTS des 72 maires à Emmanuel Macron : L'analyse du député Christophe EUZET

HERAULT - RALLIEMENTS des 72 maires à Emmanuel Macron : L'analyse du député Christophe EUZET

 Christophe Euzet, député de la 7ème circonscription de l’Hérault, à propos des ralliements à Emmanuel Macron et de la tribune signée par 72 maires 

On vous dit « réservé » quant à ces ralliements et à cette tribune, que d’aucuns considèrent comme opportunistes ! 

Je ne suis pas réservé, j’essaie seulement d’être lucide ! Nuance… 

C’est-à-dire ? 

Je suis heureux de voir que des responsables locaux souhaitent le succès de l’action du Président et du gouvernement ! Tout le monde devrait vouloir que notre pays aille sur la bonne voie. Mais le fait que des maires le disent clairement est, en soi, une très bonne nouvelle. De ce point de vue, c’est même une excellente nouvelle ! 

Tout va bien alors ? 

Comme en toute chose, il faut apporter de la nuance ! tout d’abord, il ne faudrait pas que ces ralliements, nombreux, nous fassent perdre de vue des réalités évidentes : les voix de nos concitoyens n’appartiennent à personne d’autre qu’à eux-mêmes. Le mécontentement qui s’est exprimé ces derniers mois est diffus et difficile à saisir dans sa globalité, mais il continue d’exister : les urnes l’ont montré. Nous voulons donner satisfaction à nos compatriotes, c’est là ce qui nous préoccupe en premier ! Et nous voulons réussir avec eux. Pas sans eux et encore moins contre eux

Cette tribune, c’est tout de même une évolution remarquable ? 

Oui, bien sûr, mais il ne faut pas tout confondre et faire des analyses hâtives ou simplistes. Dans ces ralliements et ces signatures, tout n’est pas l’égal de tout ! certains travaillent avec nous depuis deux ans et ne font que clarifier une situation existante : ils ont, de longue date, montré leur capacité à avancer de concert avec nous. D’autres, c’est vrai, font un rapprochement plus circonstancié ! nous sommes, rassurez-vous, en mesure de faire la part des choses ! Nous accueillons toutefois, tous ceux qui se déclarent à nos côtés avec une égale bienveillance. Simplement, ces ralliements et tribunes ne signifient en rien que nous soutiendrons systématiquement aux élections municipales ceux qui les signent ! 

Ah bon ? 

De multiples critères vont rentrer en jeu : travaillons-nous ensemble depuis notre arrivée au pouvoir avec ceux qui se déclarent en notre faveur ? y a-t-il un projet municipal compatible avec nos préoccupations nationales ? pouvons-nous pertinemment porter ces préoccupations dans des équipes fédérées au niveau local ? Il ne peut en aucun cas s’agir de mettre deux ou trois noms de nos militants sur une liste pour obtenir notre passivité ! Nous devons, c’est notre devoir en tant que mouvement national, contribuer activement à la construction de l’avenir local ! Pour autant, les enjeux locaux aux municipales n’impliquent pas toujours une politisation du débat : notre soutien à des listes pourra prendre des formes diverses. L’investiture officielle d’une liste dans certains cas, le soutien officiel à la liste dans d’autres, ou simplement un comportement bienveillant vis-à-vis de celle-ci, cela en fonction de considérations propres à chaque cas. Rien n’est encore tranché. 

Au cas par cas ? 

Oui, et c’est logique ! Nos concitoyens attendent de leur municipalité des projets réalistes, des réalisations concrètes et des équipes investies à 100%. Ils ne veulent pas de politique politicienne dans 

les affaires locales et je crois qu’ils ont raison. Nous, et c’est notre rôle, nous soutiendrons les équipes, les projets et les réalisations en fonction de nos priorités, telles qu’elles résultent des grandes orientations nationales. Nous le ferons au regard de nos forces propres et de la compatibilité des forces existantes avec nos convictions. Encore une fois, ce qui compte, c’est que nous avancions tous ensemble. Et j’ai le sentiment que le socle des valeurs que nous avons en partage permet de rassembler au plus large. 

On dit beaucoup, à ce sujet, que vous « penchez à droite » ? 

C’est vous qui le dites et ça n’a pas beaucoup de sens ! nous sommes heureux d’accueillir de nouveaux soutiens. Cela nous conforte. Mais nous ne sommes en rien une base arrière pour servir de repli à des républicains en déroute ; et nous sommes encore moins les spectateurs passifs d’une OPA de notre mouvement par les républicains déçus. Nous savons ce que nous sommes et où nous voulons aller. Il faut continuer de transformer le pays. C’est vital. Il va déjà mieux, d’ailleurs ! Le Chef de l’Etat a récemment rappelé que la préoccupation de justice sociale était bien sûr essentielle et désormais prioritaire, de même que la cause écologique et la question migratoire. Tout cela, ce n’est ni de droite, ni de gauche, mais simplement l’incontournable chemin sur lequel il faut composer, avec adresse, force et détermination, pour rester une grande puissance, un grand pays, dans un monde dangereux, de plus en plus menacé par les populismes. 

Populismes, populismes… ce mot ne sert-il pas d’épouvantail ? 

Le danger est réel. Le monde va mal, pour des raisons multiples. Des meneurs de tous horizons sont prêts à le mener dans l’abîme pour en devenir les chefs, quand bien même deviendraient-ils les chefs de champs de ruines. Mais l’Histoire a montré que quand le dérapage est général, l’issue est dramatique. Comment peut-on aimer notre pays et vouloir le conduire vers le gouffre ? Qui aime vraiment son pays : Celui qui s’efforce, avec ses qualités et ses défauts, d’en améliorer le quotidien ? ou ceux qui veulent que tout s’effondre pour mieux devenir les seigneurs d’un nouveau moyen-âge ? Je le dis et le redis : le choix du gouffre n’est pas le bon. Nous sommes largement en mesure de l’éviter. Nous vivons dans un beau pays avec un fort potentiel. Les choses sont perfectibles. Nous nous y attelons. Mais toutes les énergies nouvelles sont les bienvenues ! 

Au niveau national ? 

Au niveau national, bien sûr, mais je parle ici du niveau local ! A Sète, en Agde, à Pézenas, et dans tous les villages de la circonscription, des énergies se rassemblent pour nous épauler, pour bâtir nos projets, pour les incarner, pour les porter. Des gens qui ont compris l’urgence de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Je les invite à nous rejoindre encore davantage en nombre et je propose à tous les autres de venir voir ce que nous faisons. Nous sommes à pied d’oeuvre pour améliorer le sort de notre pays. Tous les talents, toutes les bonnes volontés, toutes les femmes désireuses de s’impliquer activement dans l’avenir de nos territoires sont appelés à jouer pleinement leur rôle dans la construction de ce projet commun. Les ralliements et les tribunes sont un premier pas. Franchissons ensemble tous les autres ! 

(15-06-19)

 

L'indécapant 1
Envoyer par E-mail

 

 

Retour

Imprimer