ACTUALITES : HERAULT - A pierresvives et dans l’Hérault : le Département expose ses monuments aux morts

HERAULT - A pierresvives et dans l’Hérault : le Département expose ses monuments aux morts

«Le Département s’est investi dans cette commémoration, tant il nous appartient d’entretenir la mémoire de notre territoire et de ses hommes. »
Kléber MESQUIDA Président du Conseil Départemental de l’Hérault

«Hérault de Guerre - Les Monuments aux morts»

Rendez-vous sur le balcon de Pierresvives du 9 avril au 4 mai 2019 pour découvrir une exposition photographique qui présente les Monuments aux Morts de l’Hérault. Il s’agit de la dernière étape d’une séquence mémorielle longue de plus de quatre ans consacrée aux commémorations de la Grande Guerre,
organisée par le Département Hérault. 38 panneaux et plus de 330 photos

réalisées par les photographes du Département : Christophe Cambon, Christophe Cordier, Vincent Girard, Philippe Hilaire, Vanille Lefèbvre, Olivier Mas, rappellent ainsi, sans distinction autre que géographique, le devoir de mémoire que nous avons envers notre histoire et ceux qui l’ont faite.

Origine de l’exposition

L’image du monument aux morts dans l’imaginaire collectif est associée à celle de la Grande Guerre. En effet, le monument aux morts tel qu’on le connaît encore aujourd’hui est né au lendemain de la Première Guerre mondiale. Même s’il existait des monuments à la gloire de tel brave ou de héros anonymes auparavant, c’est à la suite de la Grande Guerre que furent réalisés de manière quasi systématique des monuments aux morts comportant la liste des morts pour la France de la commune ou du hameau.

Au sortir de la Première Guerre Mondiale, chaque commune (à l’exception
d’une dizaine de communes) dans l’Hérault, a voulu rendre hommage à ses
enfants « morts pour la France » par l’élévation d’un monument, souvent au centre de la cité mais aussi dans l’église ou le cimetière, commandé à un artiste tel Dardé à Lodève, Injalbert à Béziers, Magrou à Castelnau-de-Guers ou Réal-del- Sarte à Ganges ou acheté sur catalogue à des entrepreneurs spécialisés. Simple plaque apposée sur un mur ou véritable œuvre d’art installée au centre du village, patriotique ou pacifiste, ils ont fait l’objet parfois d’âpres discussions préalables mais ont réuni autour d’eux, lors de l’inauguration, l’ensemble de la population, depuis le maire jusqu’au curé ou au pasteur, les notables comme les simples habitants, soucieux de se recueillir dans le souvenir de ces innombrables disparus. Si la majorité des édifications eut lieu entre 1919 et 1930, certains monuments ont été faits ou refaits plus récemment. Et les listes comportant les noms des soldats originaires de la commune se sont malheureusement additionnées des morts des conflits suivants.

Informations pratiques

Date : Du 9 avril au 4 mai 2019
Lieu : Balcon, Pierresvives Renseignements : Tel : 04 67 67 30 00

A propos des artistes sculpteurs

Les principaux artistes :

  • -  Paul Dardé : (1888-1963), sculpteur. Le monument de Lodève (ci-contre) est l’un des monuments aux morts les plus réputés en raison de la renommée de Dardé (grand prix national des Arts en 1920 avec son Grand Faune), de l’imposante composition architecturale de l’œuvre (24m sur 42) et de la qualité de réalisation. Monument inauguré en juin 1930, en présence du ministre du budget, il est classé Monument Historique. Dardé a aussi réalisé dans l’Hérault les monuments de Clermont L’Hérault, du Bousquet-d’Orb, de St Maurice de Navacelles, Soubès et Lunel.

  • -  Jean-Antoine Injalbert (1845-1933), né à Béziers, prix de Rome en 1874, professeur à l’École des Beaux-Arts de Paris puis membre de l’Institut et de l’Académie des Beaux-Arts. Le monument aux morts de Béziers (ci-contre) est inauguré le 1er novembre 1925 dans le jardin du Plateau des Poètes en présence du maréchal Joffre. Classé Monument historique en 1995. Doté d’une imposante Victoire (3,5 m de haut) dominant 2 mondes opposés : d’un côté un soldat victorieux et de l’autre un soldat mort pleuré par deux femmes. Injalbert est aussi l’auteur de celui de Cournonterral ou de Lamalou-les-Bains.

  • -  Jean Magrou (1869-1945), moins connu, sculpteur biterrois, auteur des monuments aux morts de Castelnau-de- Guers(ci-contre) , St-Geniès-de-Fondit ou de Magalas.

  • -  Des artistes non héraultais ont aussi été sollicités, tel à Ganges Maxime Real Del Sarte (1888-1954), sculpteur parisien, mutilé de guerre (amputé de l’avant-bras gauche), grand prix national des Arts en 1921 et à la notoriété certaine mais sulfureuse.

HERAULT - A pierresvives et dans l’Hérault : le Département expose ses monuments aux morts

CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L'HERAULT - Kléber MESQUIDA (12-04-19)     920 vues

 

L'indécapant 1
GRAU DU ROI
Envoyer par E-mail

 

 

Retour

Imprimer