ACTUALITES : HÉRAULT - PETITES GOUTTES GRANDS VINS - Réseau d'irrigation

HÉRAULT - PETITES GOUTTES GRANDS VINS - Réseau d'irrigation

Lundi 17 décembre 2018, l’Assemblée départementale a voté le schéma Hérault irrigation dont l’ambition est de soutenir agriculteurs et viticulteurs face au changement climatique. Sur les 30 dernières années, les températures de l’Hérault ont augmenté de 0,3 à 1,5°C et les projections 2050 font état d’une hausse d’1 à 2,5°C. Conséquence : des épisodes répétés de sécheresse qui menacent la pérennité des cultures, en particulier des vignes qui dépérissent et dont les rendements sont atteints. En 2017, la vendange était historiquement basse avec 3,7M d’hectolitres récoltés contre 5M en moyenne.

La démarche est responsable et concertée avec les acteurs de terrain. Il s’agit d’assurer une gestion maîtrisée et raisonnée des ressources en eau tout en favorisant son accès en fonction des besoins.

«Agir contre la sécheresse est une priorité ! Avec 800 M€ de chiffre d’affaires annuel, la viticulture représente la deuxième composante du PIB héraultais après le tourisme : il est donc primordial de tout mettre en œuvre pour garantir aux viticulteurs et agriculteurs maraîchers les conditions optimales de production » Kléber MESQUIDA, Président du Département.

L’irrigation permet de compenser le manque d’eau aux moments-clés du cycle végétal et favorise la sauvegarde des plants ainsi qu’une production rentable d’un point de vue quantitatif et qualitatif.

Repères

  • 30% du territoire héraultais est agricole avec 6800 exploitations 800 M€ de richesse par an
  • 1er Département viticole d’Occitanie, 2ème de France
  • 83 400 hectares de vignes

Co-piloté par le Département et l’Etat, la stratégie Hérault Irrigation est élaborée avec de nombreux partenaires : la profession agricole, les gestionnaires de réseaux collectifs (associations syndicales autorisées ASA et réseau hydraulique régional BRL) et les bassins versants... Elle précise les enjeux de desserte d’eau pour l’irrigation agricole d’ici 2030 en cohérence avec l’état des ressources présentes.

Les besoins sont identifiés sur tout le territoire et nombre de solutions pour y répondre ont été étudiées.

La stratégie départementale consiste à optimiser les ressources déjà existantes, en modernisant les réseaux et en sollicitant davantage les infrastructures telles que les barrages du Salagou ou des Olivettes.

Une étude menée avec la profession et les acteurs de l’eau

Chambre d’agriculture
Coop de France
Vignerons indépendants Région (réseau BRL) Fédération des ASA d’irrigation Agence de l’eau
DREAL
DDTM
Les bassins versants

Le Département pourra également s’appuyer sur les apports en eau du réseau hydraulique régional, comme Aqua-Domitia, qu’il contribue à financer. L’opportunité de créer de nouvelles ressources grâce à des retenues hivernales est étudiée en dernier recours, dans les zones n’ayant aucune alternative et dans le cadre d’un consensus avec les territoires.

Résultats de l’étude :

- 66 550 hectares sont situés à proximité des réseaux existants. 34 500 hectares sont aujourd’hui irrigués.

 - Près de 42 000 hectares de besoins identifiés à l’automne 2017, dont 35 500 ha de vignes.

 - Sur 42 000 ha, le Département a identifié des solutions pour 22 000ha répartis comme suit :

     o 12 477 ha desservis à partir de ressources disponibles aujourd’hui

     o 4 800 ha desservis grâce à l’optimisation du Salagou et Aqua Domitia à moyen terme

      o 5 200 ha pourraient être alimentés par la création de retenues collinaires à plus long terme

« C’est un défi majeur que nous allons relever ! D’ici 2030, des solutions peuvent être mises en œuvre pour irriguer 22 400 hectares supplémentaires. Cela représente un investissement de 310M€, proposé en co-financement à l’Europe via le FEADER, l’Agence de l’eau, la Région Occitanie, les EPCI...» Yvon PELLET, conseiller départemental délégué à la viticulture et à l’Observatoire viticole

Par ailleurs, en complément d’une gestion économe de l’eau, le Département accompagne la profession dans la mise en place de techniques innovantes qui permettent à l’agriculture de mieux faire face au changement climatique : adaptation du travail du sol, enherbement, expérimentation de cépages résistants à la sécheresse...

REUNIONS PUBLIQUES

4 réunions publiques sont organisées pour présenter à la profession, aux élus locaux et aux institutionnels, le résultat des études menées et les solutions proposées par secteur :

  • -  Mardi 2 avril 2019 à Puisserguier pour l’Ouest biterrois, le Saint-Chinianais et le Minervois

  • -  Mercredi 3 avril à Gignac pour le Cœur d’Hérault

  • -  Lundi 15 avril à Béziers pour le Biterrois

  • -  Jeudi 18 avril à Montpellier pour le pays de Thau et le Montpelliérain

  • Secteur Cœur d’Hérault

    Ressources : le fleuve Hérault, lac du Salagou Besoins : plus de 7 100 ha principalement de vignes Solutions :

  • -  modernisation des réseaux pour les rendre plus efficients (notamment par le remplacement des canaux par des tuyaux sous pression)

  • -  densification des réseaux : les réseaux sont d’autant plus rentables lorsque les besoins sont concentrés

  • -  création de nouveaux réseaux à partir des ressources existantes

  • -  deux études pour l’optimisation de la ressource Salagou : d’une part, l’opportunité de réalimenter le lac avec l’eau de la Lergue ; d’autre part, augmenter le volume d’eau du Salagou en rehaussant le niveau d’eau réglementaire (cote d’exploitation)

  • -  protection garantie des secteurs agricoles équipés

  • -  réflexions autour de futures retenues hivernales

  • -  expérimentation autour de cépages résistants à la sècheresse menée par le Département avec l’INRA, Chambre d’Agriculture, le Conseil Interprofessionnel des vins du Languedoc (CIVL) et la Vicomté d’Aumelas au Domaine des 3 fontaines au Pouget.

LE DEPARTEMENT AUX COTES DES PRODUCTEURS HERAULTAIS

Pour accompagner les viticulteurs en 2019, le Département consacre un budget de près de 14M€ aux filières agricole et viticole dans:

• le déploiement d’Hérault Irrigation
• l’installation d’équipements agri-environnementaux, d’infrastructures et d’équipements ruraux
ex : aide pour la lutte biologique par confusion sexuelle, création d’aires de lavage, dépollution des caves particulières, expérimentation de cépages plus résistants aux maladies, soutien à la biodiversité et pour la certification Haute Valeur Environnementale...)
• la valorisation des vins par l’Observatoire viticole, notamment une mise en lumière des vins de garde héraultais avec les 10 ans de l’Œnothèque départementale en 2019
• la promotion de l’agriculture, de la pêche et de la conchyliculture
• le maintien d’un foncier à vocation agricole : renforcer la présence des agriculteurs, notamment les jeunes qui débutent, en leur fournissant une aide dans l’acquisition et la restructuration des espaces fonciers
• le partenariat avec les organisations professionnelles : Chambre d’agriculture, interprofessions et syndicats viticoles, CIVAM Bio...
• la mise en place d’équipements œnotouristiques et la valorisation de l’Hérault comme destination œnotouristique avec l’Œnotour de l’Hérault

CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L'HERAULT (04-04-19)     3969 vues

 

L'indécapant 1
Envoyer par E-mail

 

 

Retour

Imprimer