ACTUALITES : AGDE - LE NUMERO de VOYANCE de l’ADJOINT AUX FINANCES prendre le virtuel pour la réalité par Corinne SEIWERT

AGDE - LE NUMERO de VOYANCE de l’ADJOINT AUX FINANCES prendre le virtuel pour la réalité par Corinne SEIWERT

Chacun d’entre nous vient de recevoir le 100 ème exemplaire du magazine d’informations municipales.

            Lors du conseil municipal du 12 février dernier, et du vote des budgets primitifs 2019, l’opposition n’a pas manqué de relever que l’épargne brute fondait comme neige au soleil. Une fois de plus cette remarque a suscité la raillerie de notre édile, nous traitant de « benêts », puisque, comme chacun sait, à ce stade les données ne sont que prévisionnelles, et non réelles.

Voilà donc que dans cette somptueuse brochure, sur cinq pages (au fait combien coûte chaque revue, nous serions à plus de 2,2 millions distribuées = 100 revues x 22 000 ?)  notre adjoint aux finances loue sous toutes ses formes l’excellence de la gestion… 2019; jusqu’à présenter des tableaux de résultats chiffrés de 2009 à 2019 inclu, mélageant le réalisé au prévisionnel non exécuté.

            Visiblement, dans l’euphorie de la présentation du débat d’orientation budgétaire 2019, qui n’est autre qu’un acte politique, et un outil de propagande à la veille de 2020, ils se sont mélangés les pédales, trangressant les règles qu’ils avaient la veille rappelées à l’opposition.

Pire encore, nous attendons le compte administratif 2018, tous ces chiffres sont de nature à jeter le trouble dans la compréhension de ce résultat comptable, réel celui-ci . Trop de chiffres tue les chiffres. Cette manœuvre ne peut être que voulue.

                           Ces façons d’agir sont peu respectueuses à l’égard de la population, que l’on tente de berner et d’impressionner par les réalisations immobilières en cours, le miroir aux alouettes du programme « Coeur de Station » . Nous attendons toujours de connaître le coût total de cette opération qui passerait le seuil des 50 millions HT ? Pourtant, à chaque conseil, notre maire indique que ces chiffres nous seront  communiqués.

                           S’il est un domaine dans lequel on ne peut pas « arranger » les chiffres, c’est l’impôt : la taxe foncière et la taxe d’habitation, car chaque Agathois est avisé du montant à payer par sa feuile d’imposition. Les propiétaires seront ravis d’apprendre qu’en moyenne, ils ne paient que 216 E de taxe d’habitation, et 200 E de taxe foncière selon l’analyse faite dans cette revue!

C’est juste oublier que 61% des foyers sont non imposabes, et que le rapport à la population totale de 28 120 habitants ou population DGF avec les résidences secondaires de 61 467 habitants permet de baisser les ratio, mais n’est pas du tout le reflet de la situation de terrain.

Et les Agathois comprennent cela très bien car on touche directement à leur portefeuille.

                           Nier l’évidence ne tient qu’un temps. Si la situation état si saine pourquoi :

  • avoir embauché un cadre supérieur à l’optimisation budgétaire et au suivi de la dette,
  •  avoir eu recours à un cabinet privé pour maîtriser la dette,
  • ne pas organiser, comme vient de le faire le maire de Bessan, et comme nous le demandons depuis longtemps, une présentation en conseil municipal de l’analyse financière de la ville par le comptable de la DGFIP ?

                           Depuis 2001, ce serait le minimum à faire, d’autant que vous ne vous en êtes pas privés à votre prise de fonction pour limoger la gestion du maire précédent.

Allez un peu de courage et de dignité, appliquez-vous ce que vous appliquez à autrui.

Corinne Seiwert pour le groupe minoritaire et citoyen (18-03-19)

 

L'indécapant 1
Envoyer par E-mail

 

 

Retour

Imprimer