ACTUALITES : BEZIERS ( 34 ) ABERRATIONS

BEZIERS ( 34 ) ABERRATIONS

ABERRATIONS

Des associations portent plainte contre l’Etat français accusé d’inertie dans la défense du climat. Les élus biterrois font bien pire que l’Etat français: l’incinérateur qu’ils viennent de bâtir pour brûler chaque année 15.000 tonnes de déchets d’assainissement, répandra annuellement à Béziers dans ses fumées des milliers de tonnes de gaz carbonique, principal gaz à effet de serre. A quoi s’ajoute la volonté de transformer en combustible une bonne partie des ordures ménagères résiduelles que 52 communes font traiter à Béziers. Ces 2 projets d’incinération massive sont bien pires que de l’inertie : c’est une contribution active au réchauffement climatique.

Allons plus loin : le développement durable et l’économie circulaire font désormais consensus dans toutes les instances politiques. Or ces 2 concepts exigent le recyclage systématique de tous les déchets et excluent l’incinération vu que le feu transforme des ressources naturelles précieuses en cendres et en fumées définitivement inutilisables.

Ajoutons que l’objectif prioritaire de toutes les lois sur les déchets est de réduire leur quantité et leur toxicité. Or l’incinération accroît la quantité et la nocivité des résidus jetés au feu. Il est suicidaire de vivre au voisinage d’un incinérateur assure par exemple le professeur Charles Sultan, spécialiste d’endocrinologie au CHU de Montpellier. L’incinération « est une méthode de traitement des déchets unanimement condamnée par les autorités scientifiques internationales » écrit l’ARTAC, association de chercheurs en médecine. D’autre part une tonne de combustible, en brûlant, consomme environ six tonnes d’air. Cet air se pollue au cours de la combustion et devient de la fumée toxique, principal déchet de l’incinération. C’est ainsi qu’un incinérateur multiplie par sept la quantité de déchets qu’on lui jette. Parce qu’elle est en contradiction totale avec le premier objectif de la législation l’incinération devrait être purement et simplement interdite. Il est stupéfiant qu’elle soit tolérée.

Les usines d’incinération doivent payer au fisc la taxe générale sur les activités polluantes. Cette taxe s’alourdit au fil des ans pour pousser les élus à recycler au lieu de brûler. Les contribuables biterrois devront donc payer une taxe de plus en plus lourde parce que leurs élus, sans consulter les citoyens, ont fait le choix pervers de l’incinération. Révoltant…

Association biterroise contre les pollutions pour la santé et l’environnement (ABCPSE)

Site internet : abcontre-les-nuisances.asso-web.com tél : 04 67 76 28 56

 

Robert CLAVIJO - Association biterroise contre les pollutions pour la santé et l’environnement (ABCPSE) (24-02-19)     1732 vues

 

L'indécapant 1
Envoyer par E-mail

 

 

Retour

Imprimer