ACTUALITES : MONTPELLIER - Débat contradictoire : mais où étaient donc les historiens de la Mairie et de l'association Saint Roch ?

MONTPELLIER - Débat contradictoire : mais où étaient donc les historiens de la Mairie et de l'association Saint Roch ?

MONTPELLIER - Débat contradictoire : mais où étaient donc les historiens de la Mairie et de l'association Saint Roch ? (ou : les absents ont toujours tort, une fois de plus...)

Durant l'été 2018, une polémique a éclaté entre des associations, des citoyens de Montpellier et la Mairie de Montpellier au sujet de l'application de la laïcité, les premiers reprochant à la seconde d'avoir une interprétation très particulière de la loi de 1905. Ceci du fait de la promotion débridée du culte de Saint Roch, avec messes et processions à la clé.

Au cours des échanges par médias interposés, les représentants de la Mairie ont martelé un argument, qui à leurs yeux valait argument en matière de laïcité : nous ne connaissions pas l'histoire.
Eux, la connaissant, ils pouvaient donc librement ignorer la loi de séparation des Eglises et de l'Etat.

L'argument n'était pas recevable, mais nous avions promis à l'époque d'organiser un débat, et de les inviter. Ce fut donc fait ce lundi 28 janvier à 19h00 à la salle Camproux de l'Université de Montpellier.

Mais surprise : les spécialistes de l'histoire locale n'ont pas profité du temps accordé pour nous éclairer de leurs lumières. Deux chaises sont donc restées vides, malgré nos invitations répétées à venir nous donner leur point de vue.

A l'inverse, Patrick Boistier (Libre Pensée) et Michel Miaille (Président de l'Hérault et Vice-Président national de la Ligue de l'Enseignement) ont pu captiver leur public sur l'histoire du christianisme, de Montpellier et de Saint-Roch.

La conclusion fut sans appel : Saint-Roch est un joli conte, plein de bons sentiments, mais hélas, assez éloigné de l'Histoire réelle. Si son culte est avéré depuis le moyen âge tardif, le personnage tient pour une part de la légende et pour une autre part de la confusion avec un autre « saint ».

Le groupe des Universités a donc fait la preuve qu'elle ne craignait ni le débat ni la confrontation des points de vue.

Par contre, la Mairie et son association, manifestement, préfèrent donner des leçons sur Twitter en 160 caractères espaces compris plutôt que de venir confronter les légendes à ceux qui connaissent la différence entre hagiographie de l'Eglise et vérité historique.

C'est donc acté et consigné : rien dans toute cette affaire n'a la moindre réalité, et les partisans de la légende Saint- Roch le savent parfaitement.

Libre Pensée Groupe Universités et Citoyens de Montpellier Fédération Unie Libre Pensée Hérault (29-01-19)     1362 vues

 

L'indécapant 1
Envoyer par E-mail

 

 

Retour

Imprimer