ACTUALITES : PÉZENAS - Edouard CHAULET, la volonté comme moteur et l’exemple comme pédagogie

PÉZENAS - Edouard CHAULET, la volonté comme moteur et l’exemple comme pédagogie

Ce 29 novembre, Edouard CHAULET est venu à Pézenas avec la foi des instituteurs. Celle qui les incite à transmettre des valeurs et des savoirs. Lesquels participent ensuite librement à la construction des individus et aux expériences qu’ils forgeront.

En l’invitant, l’association « Osons Pézenas ! » souhaitait, elle aussi, se situer dans un échange par l’intermédiaire duquel chacun découvre et apprend. C’est ainsi qu’avant la réunion-débat ont été organisées une visite de l’abattoir de Pézenas et une rencontre avec les bénévoles de la Ressourcerie Re’N’Art. Ce fut l’occasion de discussions autour de la qualité, de la proximité et de la solidarité ; des notions chères au Maire de Barjac et qui animent les projets qu’il met en œuvre.

D’ailleurs, le soir, dans la Salle des Mariages de l’Hôtel de Ville, il n’a pas hésité à rappeler que le restaurant scolaire pouvait aussi être un restaurant solidaire puisqu’il est l’assurance que 5 repas de qualité sont servis à tous dans la semaine. Et la qualité des plats et aliments servis est à la base de l’un des combats menés par Edouard CHAULET qui, en 2006, a fait le choix de cuisiner en régie et intégralement bio les repas qui sont distribués aux enfants et aux ainés.

Pour s’assurer qu’un approvisionnement local soit possible dans un maximum de cas, il se bat également pour acquérir, ou faire acquérir par l’association Terre de Liens, du foncier agricole afin d’y installer de jeunes agriculteurs et préserve des terres agricoles par l’intermédiaire du Plan Local d’Urbanisme.

Pour lui, l’assiette a aussi une vertu pédagogique et participe à la construction citoyenne de l’enfant qui, plus tard, espérons-le, pourra privilégier la gastronomie à la « néfaste food ». Aux côtés des efforts faits pour une cuisine de qualité et de proximité, la municipalité de Barjac a donc fait le choix d’installer des potagers dans les écoles et des tableaux de maîtres dans le restaurant scolaire. Cet exemple est l’une des illustrations de ce qu’a affirmé Edouard CHAULET devant les Piscénoises et les Piscénois présents, l’action locale ne se scinde pas, le projet communal doit être un projet global qui relie les idées, les champs d’intervention et les habitants et qui a pour moteur les choix faits et assumés par les élus qui en ont la responsabilité.

L’échange régulier avec la salle a permis d’évoquer d’autres interventions en faveur de l’environnement initiées par la municipalité de Barjac comme l’interdiction, depuis 20 ans, de pesticides dans les jardins publics. Les exemples barjacois ont été précisés et complétés par les nombreuses interventions de citoyens particulièrement intéressés par cette démarche environnementale, les problématiques agricoles et les questions scolaires.

Osons Pézenas (03-12-18)     595 vues

 

L'indécapant 1
L'indécapant 2
Envoyer par E-mail

 

 

Retour

Imprimer